Environnement : Les futurs élus attendus au tournant sur la transition énergétique

Après le 22 mars, les nouveaux maires devront faire leurs preuves en matière de rénovation énergétique. 90 % des Français estiment que les communes doivent jouer un rôle important dans la transition écologique, soit autant que les régions et légèrement plus que les départements (89 %) ou les intercommunalités (87 %).

Ces données sont le résultat d’un sondage réalisé par l’Institut Harris Interactive sur « le regard des Français sur la rénovation énergétique ) pour le compte de GEO PLC, groupe expert dans les économies d’énergie.

L’étude, menée sur un panel de 1 025 personnes âgées de plus de 18 ans, représentatif de la population nationale, révèle que les Français, et plus encore les jeunes et les habitants des villes moyennes, attendent de leur maire qu’il affirme son leadership sur les questions d’économies d’énergie et de rénovation des bâtiments publics, pour sa commune comme pour les citoyens.

Au-delà de la rénovation des bâtiments publics, près de 9 Français sur 10 estiment que les maires ont un rôle important à jouer pour inciter leurs administrés à réduire leur propre consommation d’énergie.

Les 18-24 ans sont encore plus nombreux à partager cette opinion avec 92 %. Une tendance confirmée par une étude récente réalisée par le CREDOC pour l’ADEME : l’environnement est la préoccupation n° 1 des jeunes, devant le chômage.

Par ailleurs, ce sont les villes moyennes (de 20 000 à 100 000 habitants) qui cherchent le plus à être exemplaires dans la transition énergétique : elles sont 93 % à attendre de leur maire qu’il endosse le rôle de prescripteur de solutions d’efficacité énergétique.

Pour Marina Offel, responsable des affaires publiques et juridiques de GEO PLC : « Ces résultats attestent qu’une très large majorité des Français – surtout la jeune génération – attendent des prises de décision de leur maire. C’est un signal très positif d’une prise de conscience collective ! ».

Et c’est d’ailleurs dans les petites et moyennes villes que, bien souvent, les initiatives les plus innovantes ont été menées. Montmélian, commune savoyarde de 4 123 habitants, est connue en France et en Europe comme ville pilote dans le domaine de l’énergie solaire, politique qu’elle développe depuis 1983. Elle est l’une des quatre premières collectivités locales de France à s’être vue attribuer en décembre 2007 le label européen Cit’ergie pour l’exemplarité de sa politique « Energie-climat », un label renouvelé en 2012 et en 2015.

« Les communes jouent et doivent jouer un rôle moteur essentiel dans la transition énergétique. Les maires ont un pouvoir de prescription, d’innovation à l’échelle de leurs territoires. Dans un contexte de défiance envers les représentants politiques, les maires ont encore la confiance des Français », conclut Marina Offel.

Dans une optique d’économie d’énergie, alors que l’Etat vient d’annoncer qu’il bannirait le fioul de son parc immobilier, la rénovation des bâtiments municipaux fait partie des actions prioritaires attendues à l’égard des mairies par au moins 9 Français sur 10, au même titre que le développement des transports, les énergies renouvelables ou les circuits courts.

En phase avec la loi Elan qui impose aux bâtiments tertiaires une obligation de réduction de consommation d’énergie à hauteur de 40 % d’ici 2030, une écrasante majorité des sondés (près de 9 Français sur 10) estime que les hôpitaux (92 %) et les écoles (89 %) sont les bâtiments à rénover en priorité.

La rénovation des équipements sportifs et culturels (68 %), des bâtiments administratifs (66 %) et des piscines (76 %) est aussi largement perçue comme prioritaire.

Commentant ces résultats Marina Offel souligne que : « La transition écologique est entrée concrètement dans le quotidien des Français : ils souhaitent des mesures visibles dans leurs communes, et plus particulièrement sur les bâtiments abritant les services publics les plus critiques. Rénover une école, c’est à la fois améliorer la qualité d’un service public essentiel et répondre à l’attente de près de 8 électeurs sur 10. »

Preuve de l’implication des Français sur cette question, ils plébiscitent ces travaux alors même que près de 2 sondés sur 3 (64 %) pensent que la rénovation de ces bâtiments entraînerait à court terme la hausse de leurs impôts locaux.

À cet égard, Marina Offel précise que : « Il y a erreur sur la réalité des coûts car il s’agit d’opérations souvent subventionnées aux communes, parfois à 100 % par le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). »

A propos de GEO PLC

Depuis 2008, GEO PLC, marque de la société GEO FRANCE FINANCE, accompagne ses partenaires privés et publics dans leurs projets d’efficacité énergétique dans tous les secteurs. En 2019, elle lance sa marque grand public HELLIO, qui réunit tous ses offres clés en main de travaux d’économies d’énergie pour les particuliers.