Mouvements post Covid-19 dans les préfectures

Mercredi 29 juillet, les nominations annoncées au terme du Conseil des ministres ont pu surprendre celles et ceux qui estimaient que les préfets pourraient demeurer en place un peu plus longtemps. L’hypothèse, partagée par nombre des intéressés eux-mêmes, était qu’au regard de la situation économique et sociale post Covid-19, la stabilité permettrait d’aller plus vite sur certains dossiers. Ce n’est donc pas le cas. Après le remaniement gouvernemental consécutif à la démission du Premier ministre Edouard Philippe, vendredi 3 juillet, la moitié des départements français enregistrent des mouvements de préfets et de sous-préfets.

Louis Laugier de la Savoie au Haut-Rhin 

Louis Laugier

Préfet de la Savoie depuis janvier 2018, Louis Laugier avait laissé entendre qu’il prolongerait bien son bail dans le département. Ce n’est pas le cas. Mercredi 29 juillet, il s’est vu signifier sa nomination de préfet du Haut-Rhin à Colmar. Agé de 55 ans, ancien du 13e Bataillon de chasseurs alpins, Louis Laugier était déjà très attaché à la Savoie. Son passage en préfecture aura sans nul doute renforcé ce lien.
A Chambéry, il a été remplacé, le 24 août, par Pascal Bolot. Agé de 57 ans, le nouveau préfet de Savoie faisait partie des services du Premier ministre Edouard Philippe comme directeur de la protection et de la sécurité de l’Etat. Issu de l’Armée de terre, au sein de laquelle il a servi dix ans, diplômé de l’ENA et de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, Pascal Bolot a déjà été préfet de département, en Moselle.

Durant l’été, la préfecture de Savoie a également enregistré le départ de Jean-Michel Doose. Directeur de cabinet du préfet depuis l’été 2018, il rejoint son corps d’origine : la gendarmerie. Par décret publié le 14 août au Journal officiel, Alexandra Chamoux a été nommée au poste laissé vacant. Administratrice civile, la nouvelle directrice de cabinet. Issu de l’ENA (promotion Molière, 2018-2019), a déjà évolué dans la préfectorale, comme cheffe de bureau RH et budget de la préfecture de l’Ain (2011-2013), puis au sein du bureau de l’accueil et de l’admission au séjour dans le Rhône (2013-2016). Avant sa nomination en Savoie, elle était chargée de mission au sein de la cellule de crise interministérielle dédiée au Covid-19.

Patrick Dieny

Patrick Dieny, chargé de mission en charge de la cellule Lyon-Turin auprès du préfet de la Savoie, a également quitté ses fonctions. Faisant valoir ses droits à la retraite, il est remplacé par Joël Prillard, inspecteur général des Ponts, des Eaux et des Forêts. Il était, depuis 2017, directeur départemental des territoires (DDT) du Rhône.

Pierre Lambert quitte Annecy

Pierre Lambert

Nommé préfet de Haute-Savoie en novembre 2016, Pierre Lambert (60 ans) quitte son poste. Pas encore à la retraite, le désormais ancien préfet de la Haute-Savoie est placé hors-cadre. Diplômé de l’ENA en 1982, le préfet Lambert a effectué toute sa carrière entre les ministères et les préfectures. Avant la Haute-Savoie, il est passé par les préfectures des Côtes-d’Armor (2014-2016), des Deux-Sèvres (2012-2014), de l’Essone (2010-2012). 
Enfant de Brive-la-Gaillarde, il a été remplacé, le 24 août, par un autre Corrèzien, Alain Espinasse qui était jusque-là directeur de la modernisation et de l’administration territoriale au sein du ministère de l’Intérieur. Originaire de Tulle, diplômé de l’ENA en 2000 (promotion Emile Zola), Alain Espinasse, 53 ans, a notamment été préfet de l’Indre (2014-2016), sous-préfet de l’Ain, de l’Eure-et-Loir et de l’Essonne.